Qualités essentielles pour être une assistante maternelle "suffisament bonne"

Il ne suffit pas d'aimer les enfants pour être assistante maternelle.

Les personnes aimant les enfants, mais n’ayant pas les autres aptitudes nécessaires, s’épuiseront très rapidement et ne permettront pas aux enfants de se développer sereinement et harmonieusement en équilibre et en adaptation avec leur environnement social.
L’amour et le respect des enfants doivent être accompagnés par une bonne connaissance des caractéristiques du développement de l’enfant, par une vision claire des rôles et fonctions d'une assistante maternelle, par une maîtrise des interventions éducatives appropriées et à des qualités personnelles essentielles.


Les qualités pour être assistante maternelle sont nombreuses mais certaines sont essentielles : 

La maturité affective

La capacité d’attachement et de détachement est très importante.

Une assistante maternelle doit tisser des liens inconditionnels avec les enfants qu’elle reçoit.
Elle doit être chaleureuse, capable d’établir des relations sécurisantes, être attentive à chaque enfant et ce quelles que soient la situation et ses propres émotions et états d'âme.

Elle doit posséder une sécurité et une stabilité affective personnelle suffisante pour tisser des liens tant avec les enfants qu'avec les parents, les intervenants institutionnels et, le cas échéant, ses collègues.

Elle doit aussi se connaître ainsi qu'identifier et reconnaître ses limites.

De plus, comme les enfants la quitteront un jour, l'assistante maternelle doit être capable de détachement.

Elle doit aussi savoir dédramatiser les comportements plus difficiles des enfants  (peur de l’étranger, opposition, contestation, etc..) et ne jamais se sentir visée par ces comportements.
Elle doit savoir interpréter ces comportements le plus souvent comme une manifestation normale du développement et comme un comportement d'alarme seulement si nécessaire.

De la vigilance et de la réactivité

L’assistante maternelle doit cultiver sa capacité à percevoir au mieux ce et ceux qui l’entourent, à "balayer" par ses sens perceptifs son environnement afin de pouvoir agir au plus vite en cas de nécessité et ce quoique qu’elle soit en train de faire.
L’assistante maternelle est souvent dans l’état d’un radar à 360 degrés (voire à 4 π stéradians si on considère qu’elle doit être vigilante d’avant en arrière et de haut en bas), prêt à passer à l’action.

De l'attention à l'observation

Connaitre, comprendre l’enfant et répondre à ses besoins nécessite de l’attention et de la compréhension.
C’est pourquoi l’assistante maternelle doit regarder et écouter, prêter attention pour parfois se focaliser sur le comportement d’un ou plusieurs enfants, afin de les enregistrer, pour ensuite les décrypter et pouvoir répondre aux besoins directement liés à la situation ou aux besoins sous-jacents.
Cette attention quotidienne est facilitée si l’assistante maternelle a travaillé de façon réfléchie ses qualités et ses pratiques d’observation.
Bien que le sens de l’observation soit le B-A-BA du travail de l’assistante maternelle, il est, en effet, utile d’en "travailler" la pratique afin de bénéficier de tous les avantages de cette technique pour mieux cibler les actions de maternage, d’accueil et d’éducation.

(article sur la pratique de l'observation par l'assistante maternelle à venir)

Empathie

L'assistante maternelle doit être capable d'empathie, compréhension intuitive d'autrui par la communication affective, permettant de partager les sentiments de son interlocuteur sans pour autant s’identifier à l’autre.

Elle doit prendre garde de ne pas tomber dans du narcissisme relationnel, c'est à dire ne pas chercher l'écho de l'image qu'elle a d'elle-même dans l'image qu'elle a de l'autre.

Savoir être distincte des autres (enfants, parents, etc...) sans être distante.

Le discernement

Le discernement est la capacité de prendre le temps de bien évaluer et réfléchir lorsque nous faisons à une situation ou un questionnement qui se présentent à nous à des fins d’action.
Cela nous permet d’évaluer une situation avec justesse et clairvoyance.
Le discernement nous aide à évaluer les choix que nous avons à faire en étant guidés par la finalité de nos actes.
L’accueil et l’accompagnement de la petite enfance, l’éducation nécessite des actes réfléchis et non à l’emporte-pièce ou impulsifs, c’est pourquoi la faculté de discernement est nécessaire à l’assistante maternelle.

Confiance en soi

L'assistante maternelle doit avoir confiance en elle afin de pouvoir tisser de liens sécurisants avec les autres et particulièrement les enfants.
De plus avoir confiance en elle, l'aidera à faire confiance aux enfants tout en veillant à leur intégrité et leur permettra de tisser avec elle un attachement sécure propice au développement harmonieux de l'enfant et à une bonne intégration sociale.

L'assistante maternelle doit aussi avoir confiance en son savoir, son savoir-faire et son savoir le faire savoir afin d'exercer son métier en subordination de son employeur et en encadrement vigilant de la puéricultrice de PMI de façon sereine et assumée.
C'est en ayant confiance en elle, qu'elle pourra tricoter avec ses employeurs et ses partenaires des liens induisant confiance réciproque et respect mutuel.

Ecoute et communication

L’écoute et la communication sont des clés de la relation, que ce soit avec l’enfant accueilli ou le parent de l’enfant.
Communiquer est source d’échanges mais aussi de malentendus.
L’assistante maternelle doit savoir veiller à la bonne communication avec autrui tant au niveau d’une communication orale qu’écrite, sans oublier la communication corporelle qui peut confirmer ou infirmer la communication orale et induire « un double discours » préjudiciable à la relation.

Ecrit par Magali le 06 février 2003 - Dernière révision et publication le 19 juin 2016